dimanche 25 septembre 2011

"Mène-moi de la chèvre à la non chèvre"

Durant mon séjour en Mongolie, j'ai pu faire connaissance avec les différentes facettes de la spiritualité des steppes.
Par exemple, pour faire du fromage insipide et immangeable (on n'est pas là pour rigoler), il faut, chaque soir, s'emparer des chèvres. Attraper les chèvres est une tache difficile pour un adulte. Plus vous êtes grand, plus elles vous repèrent de loin. La technique la plus économe consiste à rabattre les chèvres vers une corde, en laissant partir les boucs. Mais cela demande une parfaite unification des consciences de plusieurs humains : pas facile. Donc , chacun y va de son côté. Ensuite, on peut les traire en les frappant vigoureusement.
Cependant, tout ce remue-ménage est enveloppé dans l'espace cristalin de la conscience. Espace immobile, œil du cyclone imperturbable. Ainsi, cette corvée humiliante devient une authentique expérience spirituelle, qui nous conduit de la chèvre (n'importe laquelle) :





... à l'absence de chèvres :

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...