vendredi 4 mai 2012

Deviens comme un enfant


L'essentiel est dans ce poème composé en rhénoflamand (?) vers le XIIIe siècle (?), intitulé le Grain de moutarde ou Granum sinapis. Souvent attribué à Eckhart, il ressemble davantage aux "nouveaux poèmes" de la dākiṇī Hadvek, alias Hadewij d'Anvers. Voici les deux dernières strophes :

Wirt als ein kint,
wirt toup, wirt blint !
dîn selbes icht
mûz werden nicht,
al icht, al nicht trîb uber hôr !
lâ stat, lâ zît,
ouch bilde mît !
genk âne wek
den smalen stek,
sô kums du an der wûste spôr.

ô sêle mîn
genk ûz, got în !
sink al mîn icht
in gotis nicht,
sink in dî grundelôze vlût !
vlî ich von dir,
du kumst zu mir.
vorlîs ich mich, sô vind ich dich,
ô uberweselîches gût !

Deviens comme un enfant
Deviens sourd, deviens aveugle !
Ce qui est quelque chose en toi
Doit devenir rien
Tout ce qui est, tout ce qui n’est pas doit être dépassé !
Laisse les choses être ce qu’elles sont
Et les images aussi !
Avance sans chemin sur le sentier étroit
Ainsi tu arriveras à la trace immense.
Ô mon âme,
Sort, entre en Dieu !
Sombre mon quelque chose
Dans le rien divin,
Sombre dans les flots sans fond !
Échappe à toi-même,
Ainsi tu viendras à moi.
Perds-moi,
Ainsi je te trouverais,
Ô Bien suressentiel !

Mis en musique par Pascal Dusapin :


Autre version, en allemand, un peu New Age :


1 commentaire:

Philippe a dit…

Superbe poème, dont le sens va au-delà des mots.

Merci.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...