mercredi 3 juillet 2013

Réaliser le réel, c'est le rejetter





Quand tu rejettes les trois poisons (de la haine, de l'attachement et de l'indifférence), tu me rejettes.
Quand tu atteins les cinq Corps (d'un parfait Éveillé), tu me rejettes.
Quand tu rejettes les cinq poisons, tu me rejettes.
Quand tu rejettes l'ignorance, tu me rejettes.
Quand tu réalises la sagesse principielle, tu me rejettes.
Quand tu rejettes les concepts, tu me rejettes.
Quand tu réalises le réel, tu me rejettes.
Quand tu rejettes le samsâra, tu me rejettes.
Quand tu atteins le nirvâna, tu me rejettes.
Quand tu rejettes les êtres, tu me rejettes.
Quand tu atteins l’Éveil, tu me rejettes.
Quand tu rejettes (la dualité entre) soi et autrui, tu me rejettes.
Quand tu réalises l'absence de soi, tu me rejettes.
Quand tu atteins à l'impartialité, tu me rejettes.
Quand tu rejettes (la dualité entre) amis et ennemis, tu me rejettes.
Quand tu réalises la non-dualité, tu me rejettes.
Quand tu atteins la clarté, tu me rejettes.
Quand tu examines une théorie, tu rejettes le réel.
Quand tu t'entraînes à la méditation, tu rejettes le réel.
Quand tu pratiques une éthique, tu rejettes le réel.
Quand tu respectes des règles sacrées, tu rejettes le réel.
Quand tu pratiques des rituels, tu rejettes le réel.
Quand tu chemines sur les voies et les niveaux, tu rejettes le réel.
Quand tu atteins le but, tu rejettes le réel.

Paroles de notre propre conscience, tirées du tantra de la Grande Complétude qui transcende causes et effets : La Quintessence de l'ambroisie

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...