vendredi 29 novembre 2013

Le pauvre et son trésor




Il était une fois dans un pays très lointain, dans une ville nommée Idânîmtanâ, dans une vieille maison, sous un matelas décharné grouillant de puces et de poux, un homme pauvre. Une nuit, il rêva qu'il existait un trésor fabuleux caché dans un lointain pays, au fond d'une grotte cachée dans un ravin entourée de hautes montagnes aux confins de l'univers. Rempli d'allégresse, il partit sans regarder derrière lui. En chemin, il prit conscience que sa quête lui coûterait tout : femme, enfants, maison, carrière. Il rencontrait différents guides qui lui ordonnaient de renoncer pour mériter le trésor. Il devait faire vœu de chasteté, délaisser les plaisirs de la vie, cesser de parler, de bouger, de respirer, et même de penser !
Mais plus il avançait, plus les efforts exigés devenaient colossaux. Un jour, un grand maître, qui était allé très près de la grotte, voire à l'intérieure d'elle, et qui était revenu pour partager la bonne nouvelle, lui révéla la vérité : pour atteindre le trésor, il devait renoncer à l'ego et se débarrasser de ses mauvaises habitudes.
Un jour, vers la fin de sa vie, il en eut marre. Pris de folie, il tenta le tout pour le tout et arriva enfin au fond de l'abyme, derrière la montagne sacrée, fosse putride dans laquelle se trouvait le trésor inépuisable entrevu en songe. Il était gardé par un démon. Agacé car tiré de son sommeil, celui-ci interrogea notre homme, avant de le dévorer tout cru :
"Qu'est-ce donc que tu viens faire ici, si loin de chez toi, famélique, dépenaillé et avec l'air un fou ? On se demande bien, de toi et de moi, lequel est le plus effrayant !"
- Je viens parce que j'ai fais un rêve, et j'y crois ! J'ai rêvé qu'il y avait un trésor inépuisable caché et scellé au fin fond de cette caverne enterrée au fin fond du monde. Toi qui n'a jamais vécu ailleurs que dans ce trou, comment pourrais-tu comprendre ?
"Ah", rétorqua le démon, "mais tu es encore plus fou que je croyais ! Car moi, j'ai bien rêvé qu'il y avait un trésor dans un pays très lointain, dans une ville nommée Idânîmtanâ, dans une vieille maison, sous un matelas décharné grouillant de puces et de poux. Mais je n'ai jamais été assez fou pour y croire, hé hé !"

Cette histoire, d'origine indienne, a inspiré l'Alchimiste via Roûmî le poète. Elle illustre la sagesse des Upaniṣads à laquelle puisèrent Pythagore, Pyrrhon, Apollonios, Plotin, Bernier, Schopenhauer et tant d'autres.

Illustration musicale de cette parabole avec un canon de Bach :

Heu... :

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...