vendredi 6 juin 2014

Le yoga de l'homme-lion

L'Homme-lion est une incarnation de l'Omniprésent destinée à tuer le démon de l'aveuglement.


Dans la spiritualité indienne, il y a traditionnellement deux voies :
-la voie de l'expérience, celle du yoga qui veut atteindre un état spécial de conscience puis le stabiliser.
-la voie de la compréhension, celle de la connaissance qui veut simplement mettre un terme à l'aveuglement qui fait croire que nous ne sommes pas ce à quoi nous aspirons, ou que nous en sommes séparés.


Mais dans la tradition du tantra non-duel, il existe une troisième approche, la voie dite de Shiva, ou de la volonté. Pas de la volonté volontariste. Aucun rapport, non. 


Il s'agit plutôt de reconnaître notre vraie nature dans le premier instant de chaque expérience. Le premier instant du plaisir, de la douleur, de la surprise. L'élan initial de l'éternuement. Le premier ébranlement de l'orgasme. La pure stupeur du doigt coincé dans la porte. La sidération de tomber un ours en ouvrant la porte des toilettes. 


Ou bien l'intervalle entre ces émotions, ces pensées, ces expériences. Ou bien l'intervalle entre les respirations. Se donner à la paix alerte qui suit l'expir. 

Malakotaï (Melkote), haut lieu de l'Homme-lion


Or l'homme-lion symbolise cet intervalle, ce premier instant de pure présence. 
Cette reconnaissance à même les expériences n'est pas seulement pratiquée dans le quotidien, mais aussi dans une méditation particulière, le Geste de Shiva. L'homme-lion est une illustration de ce geste. Il est l'entre-deux, l'intervalle de pure émerveillement surpuissant, capable de dissoudre toutes les croyances et les ressentis étroits qui servent de support à ces croyances. Il s'empare alors de l'aveuglement et le met en pièces. Non pas dans une expérience, mais dans l'intervalle entre les expériences.


Le Geste de Shiva est pratiqué selon des instructions très précises. L'homme-lion en pratique de yoga illustre magnifiquement cette approche unique. Au lieu de se concentrer, on se laisse dilater. Au lieu de chercher une posture neutre, on se laisse prendre par la posture. Le simple fait d'adopter ses points-clés engendre l'absoption. En fait, au lieu de s'absorber en un état de conscience particulier, on se laisser absorber en la conscience sous-jacente. On se laisse posséder, doucement, on se laisse inonder, envahir, transformer. On ne pratique pas le yoga. On se laisse pratiquer par lui. Il est le yoga de Shiva, le yoga de l'Omniprésent.


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...