samedi 16 août 2014

Conscience et volonté

Tout apparaît et disparaît dans la conscience.
Même un enfant peut comprendre cela.

En revanche, si je suis conscience omniprésente, pourquoi  tout ne se manifeste t-il pas selon ma volonté ?
En tant que conscience qui inclut tout, je devrais pouvoir tout manifester à ma guise...

Bien sûr, il est aisé de répondre par des déductions ou des réponses indirectes - "intellectuelles" - comme le fait Francis Lucille dans cette vidéo :



Je me souviens que quand je lui avait posé la question il a vingt ans, il avait répondu "Ici on ne fait pas de philosophie !" Comme j'étais revenu à la charge, il avait proposé cette autre réponse : "Qu'est-ce qui te fais croire que ce n'est pas toi qui fait pleuvoir ces nuages ?" Ce qui se rapproche de la réponse qu'il donne dans cette vidéo. Il y présuppose que celui qui pose la question la pose du point de vue de l'individu, d'une entité séparée. Ce qui ne me semble pas être le cas. Le jeune Indien pose sa question clairement, mais Lucille fait mine de ne pas l'entendre. Autrement dit, il ne répond pas. Il botte en touche, comme on dit encore.
Quand j'avais demandé à Douglas Harding "Si nous sommes la même conscience, pourquoi est-ce que je ne ressens pas tout ce que les autres ressentent et pensent ?", il avait admit qu'il n'avait pas vraiment de réponse, mais il avait ajouté : "Ce qui est sur, c'est que quand on vit à partir de cette conscience unique, on ne devient pas automatiquement télépathe, mais cela facilite grandement les relations !" Ce qui n'est pas non plus une réponse directe, pas une réponse par l'expérience même de la volonté.

Pour répondre de façon satisfaisante, il faudrait pointer une expérience dans laquelle je ferais l'expérience que ma volonté veut tout ce qui est. Ou manifeste ce que je veux.
Douglas Harding a proposé quelques expérimentations. Mais elles sont plutôt symboliques. Douglas Harding explique ici sa position, limpide comme toujours et en accord avec les traditions du monde :



Donc, en bref, s'il est aisé de reconnaître le Soi par la conscience, il est plus délicat de le reconnaître par la volonté.

La seule réponse qui pointe l'expérience même de la volonté est celle du tantra non-duel.

Dans le premier instant de n'importe quelle expérience, nous faisons l'expérience directe que notre volonté est la Source de ce qui va se manifester ensuite dans cette expérience. Je ne parle pas d'une déduction ou d'une vague intuition, mais d'une vision globale et d'un pur élan où il n'y pas encore de séparation entre la volonté et son objet, pas encore de séparation entre la volonté et la conscience. On peut comparer ce premier instant avec le premier instant du Big Bang. Les physiciens disent qu'en ce premier instant les différentes forces physiques (comme la gravité ou l'électromagnétisme) n'en faisaient qu'une. Le tantra non-duel compare ce moment d'élan initial à la vision panoramique d'une ville depuis une hauteur. Ce n'est plus l'être pur indifférencié. Ce n'est pas encore la dualité. C'est le frémissement de la toute-possibilité. C'est l'être qui prends conscience de soi comme toute possibilité. Et donc avec joie. En cet instant, on fait l'expérience directe de la volonté universelle de la conscience universelle.
Cela peut être le premier instant de n'importe quelle expérience, mais plus particulièrement des expériences fortes, comme la douleur, le plaisir ou la confusion. Par exemple, si je me retrouve nez-à-nez avec un ennemi. Si j'éternue. Si je coure pour sauver ma peau. Si je me réveille sans savoir où ni quoi ni qu'est-ce. Et ainsi de suite.
Cette reconnaissance est cruciale. Si je me reconnais comme volonté universelle à la source de tout ce qui arrive, le mouvement est intégré. Si je ne reconnais que l'aspect de conscience, je risque de concevoir la conscience comme un Témoin passif et du coup de vivre en retrait, ou seulement en retrait.

1 commentaire:

Ferrand Isabelle a dit…

La conscience ne porte aucune trace
de volonté, ni de désirs, ni de besoins. Elle est présence. Je suis "je" qui est le fait d'être ce qui est au-delà de toute volonté.
La volonté est une idée qui s'élève avec la pensée. Et cette pensée se forme dans la conscience. Celle-ci est témoin-présence de sa pensée.
C'est la conscience de penser.
La pensée est un instrument pour la conscience, pour le Soi. Sans elle, la conscience n'a absolument conscience de rien. "Je ", c'est être en toute conscience, rien d'autre. Elle est toujours présente qu'il y ait des pensées ou pas.
La conscience n'a aucune volonté. Mais elle a des pensées de volonté, de désirs etc. Elle a conscience de penser.
Sans la pensée, "je" qui est être pur ne peut pas avoir conscience de quelque chose. Il n'a conscience que de ce qu'il est entrain de penser. "Je" n'ai conscience que de ce que je suis entrain de penser.
La volonté est donc une pensée s'élevant en "je" conscience.
Donc même "en tant que conscience qui inclut tout", vous ne pouvez manifester que votre pensée.
La manifestation est le résultat des pensées, est donc une pensée.
La volonté n'existe pas, il n'y a que la Conscience de penser.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...