dimanche 3 août 2014

Pas d'expérience sans pensée !


Aujourd'hui tout le monde vilipende l'intellect et le langage, sans savoir que cela va à l'encontre de l'expérience, de la raison et de la tradition.
Il y a un culte de l'ignorance - mère de l'arrogance - qui confond le sublime silence qui dépasse tout discours, avec le silence de l'aveuglement, de la confusion et du conformisme. On confond ainsi l'éternel présent avec l'instant présent fugace des apparences, des caprices de l'humeur. Idéal pour favoriser le consumérisme...

Un autre cliché est la sacro-sainte dualité entre la tête et le cœur, entre la perception soi-disant pure et "les concepts". Mais il n'y a pas de perception sans conception.

Je citerais ici seulement un auteur indien peu connu, Bhartahari (vers 450). Ces versets sont souvent convoqués par les maîtres du tantra non-duel pour expliquer l'essence de la conscience : 

"Tout mode d'action en ce monde est fondé sur la parole : même un bébé en a la connaissance grâce aux dispositions acquises dans ses vies antérieures.

Le premier mouvement des organes (de la parole), la première poussée du souffle vers le haut, le premier choc sur les points d'articulation ne (se produirait) pas sans l'impulsion (déjà là) de la parole.

En ce monde, il n'y a pas d'expérience qui ne prenne la forme de la parole ; toute connaissance se manifeste comme pénétrée de parole. 

Si la connaissance perdait sa forme éternelle de parole, la Lumière consciente ne manifesterait plus rien, car c'est (la parole) qui permet de prendre conscience, de réfléchir (sur ce qui se manifeste).

C'est elle qui est le fondement de toutes les sciences, de tous les arts et de toutes les pratiques. C'est grâce à elle que toute chose est distinguée (des autres)."

Bhartahari, Sur les mots qui font les phrases, I, 121-125, trad. M. Biardeau modifiée

Ainsi, parole, pensée et conscience ne font qu'un. La conscience n'est pas seulement manifestation ou "être". Elle est aussi pensée, jugement, réflexion. Ce dernier aspect est personnifié par la Shakti de Shiva, son pouvoir sans lequel il n'est rien. Car l'être n'est rien sans conscience, et une expérience est nulle et non avenue sans pensée, sans retour sur elle-même. Elle est comme un paysage que l'on voit sans le voir, comme un vin que l'on boit sans le savourer...
Ainsi, la pensée est l'essence de notre vraie nature, le Coeur de la Yoginî célébré dans des centaines de tantras.
Certes toute parole n'est pas discursive. On peut penser sans mots. Avant les mots. Ceci étant, le passage par les mots est nécessaire pour que la connaissance soit complète. Car au fond de nous, nous savons tous que nous sommes l'être infini et éternel. Mais sans l'aide des mots, sans réfléchir, il est impossible de le reconnaître. Au lieu de refuser la pensée, pensons bien. Apprenons à raisonner, à reconnaître les arguments fallacieux, à articuler un discours et à interpréter correctement.
Tel est le message du tantra non-duel.

2 commentaires:

Unknown a dit…

oui comme cela fait du bien de l'entendre...e en cette époque tantrouquienne ou le cœur est opposé à l'esprit ....

Unknown a dit…

oui comme cela fait du bien de l'entendre...e en cette époque tantrouquienne ou le cœur est opposé à l'esprit ....

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...