jeudi 11 juin 2015

La douleur est-elle une porte vers la Source ?


Le plaisir est une porte vers la Source.
Au premier instant du désir,
point de séparation entre sujet et objet
point de séparation entre les possibles.
Mais la douleur ?
Pareil :
au premier instant de la douleur,
au comble de la terreur
au fond de la souffrance,
point de séparation entre plaisir et douleur.

Cela est dit dans la Vision de Shiva (Shivadrishti) :

"Si l'on objecte qu'il y a une différence 
entre l'état de Shiva (qui est de pure félicité)
et la douleur et autres (souffrances),
nous répondons que, là aussi,
ces (expériences) ne sont rien d'autre que Shiva,
car même dans la douleur,
on éprouve de la joie.
(Comment ?)
Parce que la conscience se dilate."

Dans le choc de la douleur,
en sa pointe initiale,
il y a expansion de conscience,
éveil, pur explosion d'être.

A propos de l'exemple de la perte d'un être cher, un fils par exemple, Abhinava ajoute (dans sa Grande méditation, Vivritivimarshinî) :

"Même dans la douleur,
il y a cette délectation émerveillée.
Car tout ce qui est présent à l'intérieur (de la conscience)
est l'énergie (de la conscience, comme les vagues dans l'océan).
Comme, par exemple, un fils chéri.
Quand cela s'éveille et se dilate,
quand on évoque ce fils sous la forme de l'inquiétude,
quand on voit une personne qui lui ressemble,
quand on voit des gens pleurer, par exemple, 
c'est alors l'essence même de la douleur.
Cette douleur est une délectation émerveillée
et bien particulière, engendrée par le désespoir d'un
"plus jamais il ne sera !"

Ainsi, que ce soit dans le choc de la douleur physique la plus extrême, 
ou dans la peine la plus viscérale, 
l'émerveillement est là. 
L'essence de la douleur est l'essence de la conscience, l'essence du plaisir, l'essence du désir, 
l'essence de tout et de chacun.
La douleur est donc une porte vers la Source.



Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...