vendredi 17 juillet 2015

S'éveiller à ce qui ne meurt pas


La peur de la mort est le fond de toutes les peurs. Outre la peur de l'anéantissement, elle est associée à la mort des êtres chers, à la perte de nos possessions, à la nature éphémère de toute chose, à l'insécurité du réel, imprévisible, jamais totalement sous contrôle.

Comment se sauver de cette peur ?

En s'éveillant à ce qui ne meurt pas. A ce qui ne peut mourir.
Qu'est-ce qui ne peut mourir ?
La conscience.
Un secret simple. Mais intime. Si intime !
Ce que nous sommes vraiment, avant et après tout.

Un anonyme du Cachemire du IXè siècle l'a dit ainsi :

L'être conscient
ne naît pas, ne meurt pas.
Jamais, nulle part.
Il ne ressent cela
que par égarement,
comme dans l'illusion d'un rêve.

L'être est seulement conscience.
Où et quand pourrait-il mourir ?
Dis-moi,
que serait l'être en dehors
du fait d'être conscient ?

Dis-moi,
quelle conscience est jamais morte,
jusqu'à maintenant ?
Et pour qui serait-elle morte ?
Quelle serait donc cette conscience ?
Comment serait-ce possible ?
Des millions de corps sont morts.
La conscience demeure impérissable.

"Vie", "mort" :
une vision due seulement à l'habitude,
des mots inventés
par chacun
pour en faire l'expérience.

En réalité, 
personne ne meurt,
nul ne nait :
juste un être 
emporté par le tourbillon
de ses habitudes (imaginaires).

Oui, la conscience est transparente et
permanente :
elle n'apparait pas, ne disparait pas.
Elle ne nait pas,
elle ne meurt pas.
C'est l'espace impérissable de la conscience.



1 commentaire:

Micheline Laporte a dit…

NAMASKAR, cher David,


Merci pour ce texte, même si j'adhère à 100% à cette vérité, j'aime l'entendre, le lire à nouveau !


Micheline Laporte

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...