jeudi 28 janvier 2016

L'enracinement et l'ouverture

Regardez ce clip. Il a fait un carton :


Faut dire qu'il est bien fait, et qu'il remplit le cœur de fierté. La fierté d'être européen, occidental, français aussi. Il rappel certains aspects de notre héritage. Et je suis certain que beaucoup s'y reconnaîtrons, même s'ils ne sont pas d'accord sur tout. Même, et surtout, dans les milieux "alternatifs" et New Age : célébration de la terre, de la tradition, des ancêtres, des parfums du terroir, de la sagesse des générations, de l'instinct local, de l'enracinement, de l'émotion, du ressenti. Tout le vocabulaire des cinq sens est invoqué. 
Surtout, on y valorise le concret contre l'abstrait, le particulier contre l'universel, l'instinct contre la pensée, la sécurité contre la liberté, la communauté contre l'individu.

Mais, ce qui est aussi intéressant, c'est ce qui est omis de cette célébration.

Car, pour moi, l'Europe, c'est aussi les Lumières.
L'Europe, c'est les Droits de l'Homme.
L'Europe, c'est la révolution copernicienne.
L'Europe, c'est l'abolition des privilèges et de l'esclavage.
L'Europe, c'est la séparation des Etats et des Eglises.
L'Europe, c'est la société ouverte.
L'Europe, c'est l'émancipation des femmes.
L'Europe, c'est l’espérance en l'humanité.
L'Europe, c'est l'humanisme.

Afficher l'image d'origine

Rien de tout cela n'est mentionné. La raison, la révolution scientifique, les progrès sanitaires et dans les mentalités, les savants et les bâtisseurs. Oubliés. Escamotés.

En fait, ce clip est issu de ce que l'on appelle "le mouvement identitaire" qui célèbre l'Europe païenne (et chrétienne, un peu). Pour eux, être fier d'être occidental, c'est seulement être fier d'un passé, d'un attachement au passé. Moi aussi, je suis fier de ce passé. Et donc fier d'être occidental. Mais pas seulement. Je suis aussi et surtout fier d'être porteur d'un projet d'avenir, qui est celui de l'humanisme des Lumières. Le passé dont je suis fier, c'est surtout ce moment du passé où l'Europe s'est émancipée de son passé. Les Lumières.

Il y a donc deux "fiertés", qui se ressemblent, mais qu'il faut soigneusement distinguer :

- La fierté communautariste, tournée exclusivement vers le passé. Un passé idéalisé. Et cette tendance ne se rencontre pas seulement chez les identitaires, ni dans l'extrême-droite, mais aussi chez bien les écolos, les altermondialistes, certains gauchistes, souvent chez les New Age (qui n'en ont pas conscience, car ils n'ont aucune culture historique), et chez les intégristes de tout bord.
- La fierté universaliste ou humaniste, tournée à la fois vers le meilleur du passé, ET vers un progrès universel. Et cette tendance-ci est en voie de disparaître. Aujourd'hui, tout le monde est, soit traditionaliste (retour au passé idéalisé, retour aux croyances), soit relativiste (on s'en fout, tout se vaut, que chacun se démerde). Les humanistes sont en voie d'extinction.

Pour votre culture générale : le mouvement identitaire, dont ce clip est la parfaite illustration, ne date pas d'hier. Je reviendrais sur ses sources, et sur leur proximité avec l'écologie, le New Age et une partie de la spiritualité contemporaine. Il y a beaucoup en commun, en effet, entre les pensées d'extrême-droite et d'extrême-gauche : haine de la raison, de l'Occident, de l'Amérique, du capitalisme, de la science, de la société libérale...


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...