mardi 19 avril 2016

La posture de Shiva

Sculpture illustrant la méditation de Shiva


Dans ce passage, Abhinavagoupta semble parler de la manière donc la connaissance surgit dans l'espace de la conscience divine. Mais plus profondément, il décrit la pratique de la méditation de Shiva (shiva-mudrâ) et de la danse de la conscience (krama-mudrâ) :


Le Dieu terrible (bhairava) est conscience.
Quand il s'identifie totalement
au flot des vagues d'objets,
tout en restant orné de cette félicité qu'est le monde, 
il est alors comblé 
par ce pur débordement des choses,
des émotions et des êtres,
lui, dont la nature est (cette) Puissance (de création).
Quand son état de Maître de (cette) Puissance
dégénère à cause de sa pleine Puissance elle-même,
alors le flot de la connaissance,
qui est "prise de conscience", 
s'épanche.
En ce torrent de connaissance
une délectation ineffable
surgit, grâce à cette instruction secrète 
sur la (manière de) jouir (des choses).
Pour les êtres fortunés,
la totalité des jouissances, des expériences,
devient le royaume du Bien Souverain,
si elle est ressentie dans l'intimité
de cette pratique de la "conscience".

Abhinavagoupta, Méditation inspirée par le Tantra du Triomphe de la Déesse (Mâlinîvârttika), I, 42-45

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...