vendredi 6 mai 2016

Voie de l'espace, voie du temps

Abhinavagoupta, ses disciples, ses Shaktis, et sa vînâ de Shiva


Abhinava expose dans sa Lumière des tantras les deux voies, celle de Shiva et celle de Shakti.

Il commence par cette dernière, la voie du temps. Shakti, la Déesse, est le Temps, la Vibration consciente qui se manifeste comme inspir et expir, jour et nuit, etc. Elle est la marche de la conscience (kâlîkrama). En méditant avec ardeur cette marche, en savourant cette danse, le yogi/ la yogini peuvent intégrer le temps en leur conscience, réaliser que toute cette manifestation est leur propre manifestation. Toutes ces alternances sont des aspects de la Vibration immobile, de la conscience. 
Comme cette Vibration est l'essence de la Lumière consciente, de la manifestation, Abhinava suggère que cette voie est plus importante que l'autre. 
En pratique, elle a deux facettes :

1 - La pratique seul, c'est-à-dire l'écoute du souffle, avec ou sans mantra. Ici aussi, il y a deux variantes principales :
a - On se laisse aller dans l'intervalle entre un expir et l'inspir suivant. Puis, dans cet intervalle, la conscience s'éveille à elle-même, la Lovée se redresse, consume sa propre inertie, puis se répand à l'infini. C'est la pratique du souffle en prâna, l'expir, car cette pratique met l'accent sur l'expir, le lâcher-prise.
b - Il est également possible de se plonger juste dans les mouvements de l'énergie au niveau du Coeur, centre des émotions, sans observer ni l'expir, ni l'inspir. C'est toujours une pratique du souffle, mais plus subtile : on écoute les petits jaillissement de conscience qui s'élèvent du Coeur "comme des étincelles", et on se laisse ravir avec eux, jusque dans l'ineffable. C'est la pratique du souffle en samâna, l'énergie "égale", centrée dans le Coeur.

2 - La pratique à deux, c'est-à-dire sexuelle, mais pas seulement. Elle concerne n'importe quel choc émotionnel, n'importe quelle émotion, esthétique, par exemple. Elle est dite pratique du souffle en apâna, l'inspir, car l'inspir est le moment privilégié de l'émotion, quand le souffle/attention, revient de l'extérieur plonger dans le Coeur, source des émotions. C'est aussi apâna, l'énergie inférieure, car la zone du corps concernée est celle qui va du Coeur jusqu'au chakra qui est l'équivalent du "lotus à mille pétales", mais en-dessous du sexe. Car dans cette tradition, les chakras sont disposés symétriquement autour du Coeur. Six vers le haut, six vers le bas. Pour l'expir, on ressent le souffle partir du Coeur vers l'espace au-dessus de la tête. Pour l'excitation sexuelle, c'est pareil, mais l'énergie pars vers le bas. Et, de même qu'il s'agit d'écouter la fin de l'expir, de même, dans la pratique à deux, il s'agit d'écouter la "fin de l'inspir", c'est-à-dire le moment qui précède l'orgasme. Ensuite, suspendu en cet instant, l'énergie repart vers le haut, vers le Coeur, et rayonne également vers le haut.

La voie de l'espace est celle de Shiva. On y ressent que tout est contenu en notre conscience, des espaces de plus en plus vastes, jusqu'à l'espace de la conscience. En pratique, la forme achevée de cette voie est la méditation de Shiva, appelée aussi "méditation de l'étonnement" ou "méditation secrète". On reste simplement les yeux grands ouverts, sans penser. C'est suffisant. On peut aussi combinner cette méditation avec les pratiques décrites dans la voie du temps, en particulier avec l'écoute de la fin de l'expir.

Voilà.
Bon soleil à tous !
  

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...