lundi 17 octobre 2016

La Danse des particules

Trajectoires de particules : signes de liberté ?


A mon sens, conscience est inséparable de liberté.
Nier le libre-arbitre, c'est nier la conscience.
Ce qui se réfute soi-même,
car se nier, c'est encore s'affirmer, comme conscience.
Et, du même coup, comme liberté...

Mais le déterminisme ?
Si le libre-arbitre existe, comment se fait-il qu'on ne l'observe jamais directement ?
De fait, quand on observe les choses, elles obéissent toujours à des lois déterminées, des rapports réguliers. L'eau bout à 100°, etc.
Toutes les choses ?
Non.
Il y a deux domaines qui échappent au déterminisme.
Tout d'abord celui des comportements humains.
Nul de peut prédire exactement ce que je vais faire.
C'est pourquoi les sciences humaines, justement, ont un faible pouvoir de prédiction.
Voilà pourquoi les économistes n'arrivent pas à prévoir l'évolution des marchés, 
voilà pourquoi les historiens n'arrivent pas à prédire le futur :
A cause du libre-arbitre.
Ensuite, il y a le domaine du comportement des particules.
La (trop) fameuse physique quantique.
Le comportement des électrons n'est pas prévisible de manière déterminée.
A une échelle plus vaste, un atome d'uranium, par exemple, se désintègre d'une manière qui ne peut être prédite. Il peut disparaître demain, dans cent ans ou dans un million d'années...
Comme s'il "décidait" de s'absenter. Ou pas.
D'où cette brillante idée du physicien Freeman Dyson :
ce qui, de l'extérieur, apparaît comme comportement aléatoire,
est un choix, vu de l'intérieur.
Mon comportement, vu de l'extérieur, paraîtra toujours déterminé par des lois. 
Le point de vue objectif, celui de la "troisième" personne et du matérialisme (et d'un certain néoadvaita) ne découvrira jamais l'intérieur : la conscience libre.
Seul le point de vue de la première personne, le point de vue "subjectif" peut éprouver la conscience et le libre-arbitre.

Mais finalement, le point de vue de la troisième personne est enveloppé dans la vision que l'on appelle la première personne car... c'est un point de vue, une vision, c'est-à-dire, une conscience.
Rien en dehors de la conscience.
Rien qui ne soit conscience.
Rien d'indépendant de la conscience indépendante.
Et donc tout "cela" n'est rien de réel.
Donc il n'y a que la conscience libre.
C'est la non-dualité.

Freeman Dyson, en anglais. Génial :
  

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...