lundi 2 janvier 2017

L'être et la pensée

S'il n'y avait que de l'être, il n'y aurait rien.
L'être est conscient. 
Il se ressent, se pensée, se désire, se crée ainsi.
L'être n'est pas statique. Il est libre. Il est doué de la capacité de penser, d'être conscient, de se ressaisir soi-même.
La lumière brille. Mais elle ne le sait pas.
L'espace est infini. Mais il ne s'en émerveille pas.
Un miroir reflète. Mais il ne le savoure pas.


Pas de Lumière sans ce pouvoir de se penser, de se ressentir.
- Mais conscience n'implique t-elle pas dualité ? 
Si, mais aussi bien, unité. N'importe quelle expérience le prouve assez.

Cette conscience que possède l'être est la source du changement, du devenir.
Mais aussi, certes, de la souffrance.
Conscience, pensée, désir, parole, action, respiration, imagination : différentes facettes de l'être, différents pouvoirs de cet un, créateur de tout, le même en chacun.

La pensée n'est donc pas "votre ennemie". Nous sommes certes envahis et comme hypnotisés par des pensées fausses, des croyances contractées, du genre "je suis limité", conditionné, esclave, etc.
Mais nous pouvons cultiver les pensées contraires, en harmonie avec l'être et avec notre vraie nature libre et infinie.

Abhinava dit : 
"Il est possible de purifier les pensées grâce à une méditation faite de pensées (vraies) et douée de  saine raison. Si l'on engendre sans interruption des pensées opposées aux pensées samsariques, alors ce (flot continuel de pensées) n'est rien d'autre que la Shakti du Seigneur suprême nommée "Pure Science". "
Et il ajoute, au cas où nous n'aurions pas compris :
"Ne nous laissons pas égarer par le fait que cette Shakti est associée à des pensées".

Tel est le fondement théorique de la voie philosophique dans le tantra : la philosophie de la Reconnaissance.

Oui, nous pouvons nous exercer à penser pour penser en harmonie avec la réalité, avec l'être, notre vraie nature. 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...