jeudi 16 novembre 2017

Le Jeu de la conscience - versets XXXIV et XXXV

Suite du Jeu de la conscience (Bodha-vilâsa).

L'auteur décrit encore quelques moyens d'élargir la conscience,
mais on remarquera le "Ô Déesse !". 
Que vient-il faire ici ?
Comme s'il s'agissait d'une extrait d'un tantra. 
Bref :

L'élargissement du Domaine du centre,
c'est encore le repos au début et à la fin
(des respirations, des pensées),
la dissolution (de l'énergie mentale)
dans le Point et la Résonance (de om ou équivalent),
embrasse (les émotions intenses) comme
la peur, le doute, la colère, le dégoût... :
Ô Déesse !
Qui est ainsi "potentialisé"
atteint l'ultime perfection en quelques jours / jour après jour. 34-35

L'écoute de la respiration : se laisser aller 
dans les moments d'apesanteur, à la fin de l'expir,
à la fin de l'inspir.

Chanter "om" (ou "hrim", "aim", etc.) l'esprit bien concentré sur la vibration,
et laisser cette attention mourir avec le son : la vibration grossière disparaît
dans la vibration, dans la conscience, comme une vague dans la mer.

"Embrasser les émotions", ça n'est pas de la psycho-thérapie soixante-huitarde :
juste plonger dans l'instant ou l'énergie monte, avant qu'elle
ne s'empare d'un objet et prenne la forme d'une alternative.
"Potentialisé" : moche, mais... cela rend shaktah, "empowered".
On notera, enfin, le flou sur l'efficacité : "en quelques jours" ou "jour après jour".
Mais la première interprétation est la plus crédible.
Tout ça est censé être rapide.
Le reste est clair. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez ici votre commentaire.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...