mercredi 21 mars 2018

L'Ashtanga Vinyasa Yoga, c'est quoi ?

Tirumalaï Krishnamacharya (mort en 1989) est sans doute le maître de yoga le plus influent du XXe siècle. 
En tous les cas, parmi les maîtres connus, il est le plus fin technicien.

Résultat de recherche d'images pour "krishnamacharya"

Ashtanga, Vinyasa, Iyengar, Viniyoga, Power, Anusara, Flow...
La plupart des styles pratiqués dans les "studios" viennent de son enseignement.

Plusieurs bio (ou hagio ?) lui ont été consacrées.
Mais elles sous estiment l'importance de sa foi religieuse,
peut-être pour ne pas choquer les client.e.s. ?

C'est pourquoi j'aimerai revenir, en quelques mots, sur les contraintes qui ont pesé sur sa carrière, et qui expliquent certains traits de son yoga.
Evidemment, je m'adresse à ceux qui ont déjà connaissance de sa vie et de son enseignement. Pour les autres, il y a Wiki et Youtube.

Pour comprendre, mettons-nous un moment à la place de Tirumalaï, TK. Le point essentiel à retenir est qu'il est un pieux vishnouïte, un "brahmane" shrîvaishnava, une secte et une caste importante en Inde du Sud.
Je mets des guillemets, car on entend souvent que TK était un brahmane dont le père enseignait les Védas. Ca n'est pas faux. Mais il faut aussi avoir présent à l'esprit que ces "brahmanes" vishnouïtes ont toujours été dénigrés par une autre partie des brahmanes, notamment les Smârta, plus orthodoxes, vraiment védiques (vaidika). Ces derniers contestent la qualité de brahmanes de ces Vishnouïtes qui, contrairement à ce que l'on dit partout, ne sont pas
"védiques", mais bien tantriques : leur vie quotidienne n'est pas régie par les Védas, mais par un corpus révélé indépendant, le Pâncarâtra, constitué de Samhitâs, les équivalents vishnouïtes des tantras shaiva et shâkta. Or, contrairement aux shivaïtes qui ont toujours assumé plus ouvertement leur rupture avec l'orthodoxie brahmanique
et leur supériorité sur les Védas (voir cette liste de références), les vishnouïtes ont toujours été davantage préoccupés par leur image sociale. Ils se sont d'emblée présentés comme des brahmanes orthodoxes.
Mais d'emblée, cette qualité leur a été contestée. Voyez, par exemple, ce qu'en dit Jayanta dans le Cachemire du IXe siècle (article d'A. Sanderson, p. 157, n. 4). En gros, les "brahmanes" vishnouïtes sont des tantriques puritains qui essaient de se faire passer pour des brahmanes védiques.
Mais ils sont bien "tantriques", en ce sens que leur religion n'est pas basées sur les Védas. Bien sûr, on y retrouve des "mantras védiques" comme la Gâyatrî, mais toutes les religions tantriques intègrent des éléments védiques : cela n'en fait certainement pas des religions "védiques" !

Et donc, TK est un vishnouïte pieux, soucieux de préserver sa réputation. Du coup, il veut être "plus blanc que blanc" : premier élément à retenir, parce qu'il explique certains traits de l'Ashtanga Yoga (j'utilise cette expression pour désigner l'ensemble de son enseignement de yoga).

TK est un vishnouïte pieux, donc. Stricte. Par ailleurs, il aime le yoga. Or, le yoga, c'est très shivaïte. Tantrique.
Impur. Il y a, dans la Hathapradîpikâ, la principale source de Hatha, des "choses ignobles", des pratiques sexuelles immondes aux yeux d'un vishnouïte. TK ne peut donc justifier (car dans une tradition, il faut toujours des références) son yoga par un appel au shivaïsme, l'ennemi de toujours.

Il fait donc appel à Patanjali. Patanjali est considéré par la religion vishnouïte comme un avatar d'Ananta, le serpent sur lequel dort Vishnou entre deux cycles cosmiques.
Patanjali, le Matelas de Vishnou, est une autorité acceptable. Voilà pourquoi TK va initier un véritable culte à Patanjali, et voilà pourquoi, aujourd'hui encore, tous les Ashtangis récitent des versets à Patanjali, alors que Patanjali n'enseigne aucune séquence de postures (vinyâsa-krama), ni aucune Salutation au Soleil.

Mais cela, TK en avait bien conscience.
Mais... au fait, pourquoi TK ne s'est-il pas contenté d'enseigner le yoga de Patanjali, si son idole est bien Patanjali ? Pourquoi ces séquences d'aérobic qui sont la signature de l'Ashtanga ? Et d'où viennent ces séquences de "postures dynamiques", autrement dit, de gym ?

Revenons à la vie de TK, qui est selon moi la clé pour comprendre son enseignement. A la fin des années 1920, TK a de la chance : le mini-roitelet de Mysore, un pseudo-royaume fantoche du Sud de l'Inde, l'engage pour des cours de philosophie "védique"- comprenons des cours
 sur Patanjali, le Sâmkhya basique et les autres "six darshanas" (au passage, dans les sources d'avant
le Xe siècle, en gros, ces six darshanas sont six religions : shaiva, vaishnava, saura, bauddha, jaina et vaidika, et non les six "points de vue" qu'on nous présente aujourd'hui comme si c'étaient une sorte
de liste intemporelle). 
Cette embauche est une grande chance pour TK, qui va pouvoir nourrir sa famille, car les brahmanes ne sont pas toujours riches, TK doit travailler un temps dans une plantation de café.
Il va pouvoir, en même temps, s'adonner à sa passion. Car ce qui passionne TK, encore plus que le yoga, c'est l'étude des shâstras, la scolastique de la religion vishnouïte. Et, encore plus que cela, sa vie intérieure est axée sur 
la religion vishnouïte, avec ses textes révélés et ses philosophes comme Râmânuja ou Vedântadéshika, dont vous n'entendrez probablement jamais parler dans les salles d'Ashtanga. Bref. Donc, une chance.

Seulement, il y a un problème : le Roi de Mysore ne s’intéresse pas seulement à la philosophie. Il veut aussi "régénérer" la jeunesse indienne car, comme beaucoup d'autres, il pense que les défaites indiennes face aux Musulmans puis aux Anglais sont dues à une sorte de décadence physique de l'Homme indien. 

Dans les années 1920, la mode est donc au bodybuilding. Et des Indiens imitent des méthodes de gym et de muscu anglaise, allemande ou danoise, pour "redresser" l'Inde. 

Leur yoga, c'est de la musculation. Et la Salutation au Soleil est inventée par un bodybuilder du Nord de l'Inde, pour se muscler. 
Résultat de recherche d'images pour "raja of aundh"
Le roitelet bodybuilder (vishnouïte bien sûr !)

Au départ, on donne des noms sanskrit, certes, mais ça n'est pas considéré comme du yoga. En clair : c'est de l'aérobic.

Or, un type enseigne ce yoga-muscu à côté de TK, au palais du Roi de Mysore, TK ayant été autorisé à enseigner un yoga plus yogique. Et donc, il y a concurrence et inspiration mutuelle. Un peu. 

Et surtout, le Roi de Mysore, voyant que TK est un gars doué et cultivé, lui donne une nouvelle mission : muscler les Indiens. 

Et donc TK s'inspire du yoga-muscu inspiré des muscus européennes pour inventer les vinyâsa-kramas, des enchaînement de postures directement imitées de leurs modèles occidentaux. 

Et pendant cinq ans, il démonstrationne au Karnâtaka, la région d'Inde où il vit, et où se trouve Mysore. Voilà pourquoi l'Ashtanga ressemble tant à du fitness : c'en est. Tout simplement.

Donc le yoga de TK, c'est un mélange de la philo de Patanjali, avec des séquences de gym européenne. 

Le hic, comme je disais plus haut, c'est que Patanjali ne parle pas de ces séquences. Nulle part. Patanjali est un intello pur et dur - son yoga, c'est de la méditation et de la contemplation. Et, en toute logique, les seules "postures" qui l'intéressent, ce sont les posture assises. Il n'est pas péripatéticien. Encore moins athlète. 

Mais Patanjali, souvenez-vous, est l'autorité religieuse de TK, il est celui qui justifie la pratique (déjà douteuse) du yoga dans la mentalité religieuse, très religieuse, de TK. La vie de TK est fondée sur sa religion qui lui dicte tout ce qu'il doit faire, du lever au coucher. Tout. Mettez-vous à sa place.

Pour résoudre ce problème, TK va inventer le mythe du Livre-Perdu-Que-Moi-Seul-J'ai-Vu : le fameux Yoga-Kourounta. Selon Joïs, un élève de TK, ce texte aurait existé en sanskrit, il l'aurait vu quelque part à Calcutta. Et il y aurait vu tous les Vinyâsa-kramas tels que TK les enseignait à cette époque à Mysore. Mais, que c'est ballot ! personne n'a penser à en recopier la moindre ligne (une pratique traditionnelle pourtant banale et courante), et les "fourmis" auraient par la suite dévoré le texte (une revanche karmique ?). 

TK a aussi raconté avoir étudié pendant plusieurs années avec un yogi qui vivait avec sa famille dans une grotte au bord du lac Manasarovar, dans l'actuel plateau du Tibet. 
Là, il a peut-être poussé un peu loin. Je ne sais pas si vous visualisez la situation, mais cette fable est, même avec une dose raisonnable de foi ashtangie, totalement incroyable. 

Peu importe. TK tenait sa justification. La gym danoise était désormais intégrée au yoga de Patanjali, l'aérobic suédoise était devenue vishnouïte, adoubée par le Matelas de Vishnou en personne. 

Reste que la gym n'était pas non plus au centre de la vie de TK. Il s'y était mis, n'hésitant pas à inventer de pieuses fables pour le bien de la cause nationale indienne, et pour nourrir sa famille. Voilà sans doute pourquoi, une fois licencié par le Roi de Mysore suite à l'indépendance de l'Inde en 1947 (assez ironique, quand on pense à ce qu'a fait TK pour "redresser" la jeunesse indienne), il a levé le pied sur la gym. Ce qui explique les enseignements si différents attribués à TK. Avant 1947, c'était la gym aujourd'hui enseignée par les élèves de Joïs et Iyengar. Après, ce fut un retour à la tradition, avec plein de versets de louange au Matelas divin et même des textes védiques, vraiment védiques, dont l'Aruna-prashna pour accompagner la Salutation. 

Sachant que cette Salutation a été inventée, à l'origine, dans l'esprit bodybuilding par un fervent bodybuilder indien. Et ce dernier a rapproché sa Salutation (des pompes, en réalité) avec la pratique vénérable et pieuse de la prosternation (danda-pranâma). Or, une prosternation complète se dit, en sanskrit ashta-anga pranâma : "prosternation avec les huit parties" du corps (deux pieds, deux mains, deux genoux, poitrine et front, ou quelque chose comme ça). 

C'est sans doute de là que vient le nom ashtânga-vinyâsa-krama : traduction élégante, car en langue sanskrite, de simples séries de pompes européennes ! Et ainsi, c'est sans doute de là que vient l'appellation ashtânga, plus probablement du moins que de l'expression ashtânga de Patanjali. 

En fait l'Ashtanga Yoga, c'est le yoga des pompes.

Et tout ceci résulte du pragmatisme de TK.

Les détails des preuves des faits mentionnés ici se trouvent dans The Yoga Body de Mark Singleton. Je n'y ajoute que quelques détails, en soulignant l'importance de l'arrière-plan religieux et des tensions qu'il a engendré dans l'esprit de TK.

Les Européens arrivés ensuite dans les années 60/70, qui ne connaissaient rien, mais alors rien du tout, aux finesses et problématiques de la société indienne, n'avaient aucune chance de comprendre qu'ils faisaient des pompes sanskritisées, de la gym danoise acculturée à l'Inde. 

Et, soit dit en passant, le "yoga du Cachemire", c'est des pompes subtiles, de la gym danoise sublimée.

Restait - et reste encore - à TK un dernier problème : le hatha. Cette épine-là, je crois que l'Ashtanga l'a toujours dans le pied. En effet, TK était à la fois fasciné et scandalisé par le Hatha Yoga, le "yoga de la force" musclée, mais aussi sexuelle. Il devait en intégrer des éléments, car la gym danoise, ça n'est quand même pas tout à fait le yoga indien. Le hic, c'est que les seuls Indiens à pratiquer vraiment un yoga physique d'origine indienne, ce sont les Hatha Yogis. Des sadhoûs dépravés, des SDF shivaïtes, des Punks à chien tantriques, des cannibales de la Déesse, bref des gens pas fréquentables. Et donc voilà pourquoi, jusqu'à aujourd'hui, les maîtres indiens d'Ashtanga font lire à leur élèves la Hatha Yoga Pradipika, mais à contrecœur et en censurant des passages. A cet égard, la traduction français de ce texte par Tara Michael est... parlante. Comme toutes les autres traduction "pieuses", elle refuse de voir les passages sexuellement explicites, elle y plaque une interprétation "spirituelle" et puritaine, allant jusqu'à contredire le commentateur traditionnel dont elle traduit par ailleurs des pages entières ! Bref, il y a comme une petite psychose au pays des yogin.ie.s puritain.e.s...

En résumé, l'Ashtanga Vinyasa Yoga (où toute autre variante de ce nom), c'est des pompes danoises placées sous l'autorité imaginaire de Pantanjali, mélangées à quelques éléments de yoga tantrique pas catholique.

Pour finir, quelle est mon opinion ?
Car dans tout ce qui précède, j'essaie de décrire. Je ne prescrisrien. Est-il besoin de la rappeler ? Et je rappelle que je ne suis ni shivaïte, ni vishnouïte, ni marxiste. Peut-être un peu lémurien, et encore.
Je me contente de relater les faits et quelques hypothèses probables, jusqu'à preuve du contraire.

Certains diront que cela dénigre. A quoi je répondrais que le faits sont les faits.
Un discours de vérité est rarement un discours de séduction. Eh oui. Ca n'est pas moi qui suis méchant, c'est juste que la vie est ainsi faite. Mais après, chacun est libre de n'y voir que du noir, de n'y rien voir du tout, où d'y repérer d'autres clartés.

Car d'un autre côté, il y a des enseignements positifs à tirer de tous cela :
cette réflexion met à mal les mythes du "c'était mieux avant" et du "c'est mieux ailleurs".
Cela montre que l'homme peut progresser, inventer, changer. Qu'il ne vit pas que pour "transmettre une tradition". Exister, ça n'est pas seulement conserver le passé : c'est créer l'avenir. L'homme est en effet libre en ce sens que, n'ayant point de nature fixe, il peut créer sa propre nature, et la recréer encore et encore. C'est ce que nous faisons tous. Mais certains ont peur de l'avouer, inventant des mythes pour justifier leurs inventions, de crainte de manquer de crédibilité. Mais c'est l'inverse qui se produit.

Pourtant l'Ashtanga est une belle pratique, multiculturelle, avec des racines en partie indiennes et en partie européennes. Je ne comprends pas pourquoi il faudrait nier ces origines occidentales, alors que l'on nous vante partout les bienfaits du métissage culturel et des migrations, voulues ou non.
N'y aurait-il pas comme un subtil racisme anti-occidental derrière ce refus de reconnaître les origines occidentales du yoga pratiqué aujourd'hui en Occident ?
C'est juste une question. Mais il est peut-être juste de la poser. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez ici votre commentaire.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...