dimanche 17 août 2014

Regarder là-bas... ou regarder ici

Un maître de la tradition de la Grande complétude, un homme qui vit actuellement à l'Est du Tibet, nous dit ceci :

"Avant d'être (instruit), vous étiez sous le contrôle (de vos pensées) à cause de la confusion engendrée par le fait de regarder vers l'extérieur et de ne pas voir la réalité telle qu'elle est. Mais à présent, vous regardez vers l'intérieur, vers l'esprit vacant de la claire vision qui, libéré de l'objectivité, est libre de centre et de directions, est limpide et nu. Il est manifeste est c'est lui le "la claire vision du Corps absolu". Mipham a dit :

Comparé aux centaines d'enseignements
Que l'on regarde vers là-bas,
L'enseignement unique de l'esprit
Que l'on regarde vers ici
Est suprême.
Toi, être puéril
Qui adore regarder là-bas,
Sache qu'à présent
Il serait bon
De regarder ici !

Cette sorte de vision claire, nue, limpide, immaculée, dépourvue de tout voile, cette transparence parfaite qui ne peut être exprimée verbalement ou mentalement est la grande conscience originelle qui surgie d’elle-même. Les objets des six sens qui apparaissent d'elle sont le jeu de sa créativité et sa parure."

Ontul Tenpai Wangchouk, Les Reliques du Corps absolu, traduit de la traduction anglaise de Tony Duff, pp. 25-26

Voici une vidéo de l'auteur des Reliques. Il donne ici un enseignement sur la géographie sacrée du Golok, une région du Tibet oriental. Il nous a quitté le 14 avril dernier :

1 commentaire:

Noble bavardage a dit…

Je ne comprends pas l'anglais mais la géographie sacrée est une langue innée universelle et pas tout à fait morte ! Merveille, merveille, merveille !

Je suis toujours triste quand un vieux maître meurt... comme quand un bout du vieux Paris disparait; anicca, anicca, anicca !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...