samedi 2 avril 2016

La pratique de l'union sexuelle, à deux et seul

yonimoudrâ



Dans la tradition du Cœur/Corps (kula), il existe bien des branches, comme d'un immense figuier juteux. L'une d'elles est celle de la Déesse Koubjikâ, "celle qui est contractée". Elle est la conscience, l'énergie sans limite, qui pour "entrer" dans le corps, doit se contracter, se lover, d'où son nom de Koundalinî. Elle gît dans le chakra de la Cité des Joyaux (manipura), juste au-dessous du nombril. Par la pratique de l'union sexuelle ou de l'observation du souffle, elle se détend et retrouve son immensité verticale, elle se redresse, se dilate à l'infini :

"Le (yogi/yogini) doit observer son propre corps...
Ecoute, Déesse !
Je vais te dire clairement l'Envol de la Shakti :

Le Germe suprême, appelé "hamsa"
habite le (chakra du) Cœur.
Si on n'en a point l'expérience,
on ne sait rien !"

Le Hamsa est l'âme individuelle, qui habite dans la Roue du Cœur, entre Shakti, en bas, et Shiva, en haut. Hamsa désigne une espèce d'oie sauvage qui migre chaque année, à l'image de l'âme qui transmigre de corps en corps. Hamsa désigne aussi la respiration : l'expir est Shakti, l'inspir Shiva, et l'Âme ou le Soi est l'intervalle entre eux, ou la conscience individuelle qui naît de leur interaction. Ainsi, tout se résume à la triade : Dieu, Déesse et Âme : le Père, la Mère, et leur Enfant. Telle est la base d'une autre branche de la tradition du Cœur, celle de la Triade (trika) ou de la Déesse Suprême (parâ). 

Mais en réalité, il n'y a qu'une énergie qui assume ces trois aspects, un point qui devient un triangle, un "deux en un", une Résonance, une Vibration qui, en palpitant à la vitesse de l'infini, devient simultanément Union et Séparation, unité et dualité, mouvement qui, en se ralentissant, devient la respiration et la totalité des mouvements de l'énergie vitale, comme prendre et rejeter. Il faut reconnaître tout cela dans l'expérience :


"Ô Toi qui a de belles fesses !
Ce Germe (présent dans le Cœur)
a trois formes :
la Résonance, l'Union et la Séparation.
On doit en faire l'expérience
avec la plus grande attention".

Et ces trois formes sont les formes d'une seule Conscience, d'un seul Acte conscient, fluide, dynamique, libre :

"Cette triple Conscience est
le Soi, Shiva et Shakti.
Cette Conscience aux trois facettes
n'est jamais fragmentée !


yonimoudrâ


Ô ma Belle !
C'est donc une métaphore,
de dire qu'elle est
Dieu comme Hamsa (dans le Cœur),
en bas (Shakti) et en haut (Shiva)."

Le Soi se met à vibrer dans le Cœur. Un seul point devient deux points : une ligne droite, entre le Bas et le Haut, entre Shakti et Shiva. Entre les deux, le Chemin du Centre, axe de toutes les expériences possibles, porteur de tous les états de conscience.

"Quand la Shakti suprême se contracte,
Shiva se dilate, dit la tradition.
Le Soi habite toujours entre eux,
porteur de l'Octuple Cité."

L'Octuple Cité, c'est l'univers, avec les cinq Eléments, le Soleil, la Lune et le Soi. Ou bien, à l'échelle individuelle, ce sont les cinq sens, le mental, l'intellect et l'ego.

"L'état de Dilatation (de Shiva), c'est le Haut du Chemin (du Centre).
L'état de Contraction, c'est le Bas.
Entre le deux se trouve le Nombril.
Bien rare est la compréhension de ces trois (aspects) !"

Dans le Nombril se trouve la Roue de la Cité des Joyaux (manipoura), d'où la Shakti prend son Envol : 

"En fermant le Haut du Chemin du centre
et le Bas aussi,
le (yogi) doit placer l'attention au Centre",

c'est-à-dire au Nombril, ou entre l'expir et l'inspir...

"...et pratiquer là le Barattage (manthana).
Le Linga est au centre du Yoni,
contenu dans l'espace du Yoni.
En leur centre,
on contemplera le Soi,
encore et encore :
voilà ce que l'on nomme le Barattage,
capable d'anéantir l'impureté
de l'ignorance.

C'est vrai !
Au moyen de ce Yoga du Barattage du Centre,
s'embrase le Feu de la Connaissance.
Or, quand il flamboie,
une Lumière jaillit en lui
et grandit.
Quand cette Lumière totale
est parfaite,
naît la Félicité.

Quand Linga et Yoni
se frottent l'un à l'autre (dans le Barattage),
naît la Félicité.
De même, quand Shiva et Shakti
se frottent l'un à l'autre,
la Félicité
est engendrée.
Et alors, Déesse, naîtra aussi
la certitude de l'unité
de Shiva et Shakti.
Tel est le Barattage
qui engendre le nectar immortel.
On ressentira que ce nectar
inonde le Soi,
ma Belle !

Telle est l'expérience ultime,
l'être suprême, dit la tradition.
Et voici aussi l'Immense en sa transcendance,
définit comme Félicité.
Et voici aussi la Félicité qui dépasse toute félicité,
l'Envol de la Shakti.
Telle est la tradition,
tel est le secret de (la Roue) de la Cité des Joyaux
que je t'ai révélé..."

Tantra de la Déesse Koubjikâ, XII, 53-67

On pourrait dire encore bien des choses à ce sujet. 
A chacun de méditer ces paroles...

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...