lundi 20 mai 2013

Voir qu'il n'y a rien à voir



Il y a mille ans, dans l'actuelle zone tribale du Pakistan, le professeur Mahârâja reçut la méthode de l'éveil sans effort de l'Abbé Pure Lumière, en ces termes :

La nature de l'esprit est éveillée depuis toujours.
Il suffit de se familiariser avec.
L'entraînement ne peut être mesuré par la science de la logique.
Ne pas être distrait de la nature de l'esprit, telle est la méditation.

Mahârâja exprima sa compréhension en ces termes :

Je suis Mahârâja.
J'ai médité l'esprit et je suis passé par-delà l'objet de la méditation.
A regarder l'esprit, il n'y a rien à voir.
Mais voir qu'il n'y a rien à voir, c'est la vision véritable.
Ne pas être distrait de cet état qui ne voit rien est la méditation.



Un autre, Lumière Inconcevable, chante :

Espérer un niveau de progrès spirituel et de liberté ajourne l'éveil.
Espérer atteindre le parfait bien-être est souffrance.
Espérer l'absence de pensée est une pensée.
Quand tu vois cela, laisse toute recherche !

La princesse Bhâranî :

Je suis la princesse Bhâranî,
Pour qui l'esprit éveillé n'apparaît ni ne disparaît.
Quand tu réalise que cet esprit n'apparaît ni ne disparaît,
Tu réalise la vision des Bouddhas de tous les temps,
Par-delà union ou séparation d'avec le champ de l'éveil.

A son disciple, elle conseille :

Ne bloque pas les six champs sensoriels,
Jouis-en à ton aise et dans la joie,
De sorte que tout ce dont tu jouis nourri l'éveil.
Confiant en la maîtrise de ce maître qu'est la conscience libre,
L'entraînement consiste à laisser les six sens en liberté.

Ils sont extraits de The Great Image, une hagiographie des maîtres du dzogchen radical, traduction passée injustement inaperçue, car la traduction est agréable et le texte, clair. Ce dzogchen ancien est radical parce qu'il enseigne l'éveil dès à présent, sans effort, par-delà toute recherche laborieuse et volontariste.

Une belle masse de textes de cette spiritualité essentielle est à présent disponible en langues européennes. Il est regrettable que personne n'y prête attention.

3 commentaires:

Karen a dit…

Bonsoir.

J'ai trouvé cet extrait sur scribd
http://fr.scribd.com/doc/142609001/Le-Soi-et-l'Autre.

(sur 4shared aussi :
4shared.com/get/NynGfJw7/Le_Soi_et_lAutre.html):


Intéressée par cette lecture, je suis allé voir sur amazon le livre d'où est tiré l'extrait : 203 € !
Une oeuvre d'universitaire dont je ne peux pas juger du contenu et qui peut-être ne m'apportera pas plus que ce que je trouve sur ce blog et sur internet. Quelqu'un l'a-t-il lu ?
Merci

Dubois David a dit…

Bonne (et juste) question, Karen.
Je connais l'auteur de ce livre excellent, que j'ai lu et relu. Et je peux vous assurer qu'elle n'a pas voulu ce prix exorbitant. C'est un phénomène général : aujourd’hui, un livre universitaire vaut entre 50 et 300 euros. Sans parler des articles de dix pages à 30 euros. Les multinationales ont pris le pouvoir. Et les universitaires ont baissé les bras.

Du coup, je ne condamne pas les gens qui mettent ces travaux sur le Net gratuitement (sur Scribd, etc.) et illégalement. Mais qui ne sait que le légal n'est pas toujours complètement légitime ? Je ne vais pas vous donner l'adresse, mais je peux vous dire que l'intégralité de ce livre peut être téléchargée. De même que certains de mes livres.
Bien sûr, il faut vivre. Il y a une juste rétribution : simplement de quoi vivoter. Mais à mon sens, la connaissance ne doit pas devenir instrument de profit.

Karen a dit…

Bonsoir

Merci pour votre réponse qui me donne envie de lire cet ouvrage. La lecture de la première partie m'y encourage aussi. J'ai vu que ce livre était téléchargeable sur scribd avant qu'il ne soit retiré. J'avoue que je pensais, vu le prix exagéré, le trouver en intégralité, mais avec mauvaise conscience, un peu comme si je profitais ou volais, car je trouve normal que l'auteure soit rétribuée pour son travail. D'autant que ce genre de livres ne doit pas ce vendre en grande quantité.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...