mardi 3 décembre 2013

Tu es cela



Le chercheur est le cherché. Nous sommes déjà l'immortel, la plénitude que nous désirons de tout notre être. Le guerrier, le savant, le séducteur, le marchand, l'agriculteur, l'ascète : tous cherchent l'infini qu'ils sont. Mais ils le cherchent dans le fini. Ils ne le trouvent donc pas. La cause du désir déçu est donc l'ignorance de soi, du Soi. La clef de notre destin est la reconnaissance de soi : reconnaître l'Immense dans le Soi. Rien de plus simple.

"L'Immense est conscience"
Aitareya Upaniṣad, 5, 3

"Tu es cela"
Chāndogya Upaniṣad, 6, 8, 7

"Ce Soi est l'Immense"
Māṇḍukya Upaniṣad, 2

"Je suis l'Immense"
Bṛhad Āraṇyaka Upaniṣad, 1, 4, 10

A chaque fois, on pointe la conscience, ici, maintenant, sans forme ni visage, et on la rapproche de l'Immense, du mystère, du bien-être dont tous nous éprouvons la nostalgie. Le chercheur est le cherché. Le sujet est l'objet. Unique, personnel, inaliénable. Rien que pour vous.


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...