mardi 17 juin 2014

C'est comme tomber d'un arbre



Le bonheur qui découle d'une pratique est transitoire,
Car on l'atteint par une méthode de réalisation (sâdhana).
Mais la liberté est éternelle,
Parce qu'elle ne dépend que d'une clarification
(De ce qui est).

Sureshvara, Sambandhavârttika, 300


La compréhension de la non-dualité ne dépend pas d'une pratique personnelle (purusha-tantra), mais de la réalité elle-même (vastu-tantra). Elle ne dépend pas de la subjectivité, mais de l'objectivité. C'est comme un homme qui tombe d'un arbre : qu'il le veuille ou non, il va s’écraser au sol.


Un homme qui tombe d'un arbre
S'écrase au sol,
Même contre sa volonté !
De même, celui qui voit
(La différence entre) la conscience et les expériences

Devient l'absolu sans qu'il n'y fasse rien.

Stances d'Âdhâra, 83

2 commentaires:

ek a dit…

"De même, celui qui voit
(La différence entre ) la conscience et les expériences
Devient l'absolu sans qu'il n'y fasse rien."
Est-ce que cela a à voir avec bhedâbheda, l'"identité dans la différence" ?

Dubois David a dit…

Je ne crois pas.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...