mardi 5 juillet 2016

Donnons-nous la paix

Les cinq sens sont d'ordinaire considérés comme source de distraction et cause de nos malheurs. La conscience, toute tournée vers l'extérieur, s'oublie et oublie sa gloire innée, à l'image du rêveur qui s'égare dans ses songes.
Mais si la conscience, l'attention, l'énergie, se retourne sur elle-même, comme en un soudain basculement, alors tout est à l'instant transfiguré, comme transmuté par le touché d'un sang miraculeux.



Outpaladéva évoque ainsi ce saisissement qui marque à jamais les amants qui "aiment, sans savoir qui" :

Maître !

Je veux que mes sens

soient en plénitude,

transparents,

plein d'amour

et fermes durant ton adoration. 43

Seigneur !

Dans le trésor de l'adoration totale,

dans les gestes qui sont adoration de toi,

le jeu des cinq sens devient

mystérieusement, miraculeusement,


révélation d'une richesse divine. 44

(Hymnes, XVII)




Si l'on reste assis, détendu, 

la tête comme suspendue à un fil céleste, 

le regard lâché, 

la bouche comme prête à embrasse l'espace du regard, 

alors la tradition promet que cette éveil sera induit de force

, comme si l'on était possédé par la Transparence, 

ravi par une présence vive et vibrante, 

dilaté dans l'infini. 

Geste qui donne la paix qui ne passe pas (shambhu-mudrâ),

 les yeux écarquillés, 

on se sent emporté au large, 

au très grand large. 

Tel est le geste traditionnel de la grande adoration 

qui introduit en l'immense banquet des yoginis de l'espace. 

C'est la "pratique" la plus importante du tantra non-duel.



Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...