jeudi 22 mai 2014

Les deux voies


Dans la spiritualité de l'Inde, il y a deux chemins vers l'accomplissement, la liberté et la paix : le chemin de la compréhension, et le chemin de l'expérience. Jnâna et yoga en sanskrit.

Ces deux voies existent aussi dans le tantra non-duel. Utpaladeva les décrit ainsi dans son poème sur La Reconnaissance de la liberté du Soi. 

La voie de la connaissance : 
"Celui qui connaît parfaitement sa nature est Dieu, même quand il y a activité mentale". 
Ce qui fait la différence n'est donc pas l'expérience - car le Soi est l'expérience, toujours - mais bien son interprétation, la manière dont nous la pensons, la comprenons. Ou pas...Ce n'est pas Shiva qui libère, car il est toujours déjà ce qu'il est, immuable, omniprésent. C'est la Shakti qui libère. La Shakti est la pensée, l'interprétation, la compréhension que Shiva - vous, moi - a de lui-même.

La voie du yoga : 
"En se familiarisant avec les moments où l'activité mentale s'atténue (naturellement), il y a libération progressive".
Ces moments sont les moments de claire conscience sans pensées, comme l'intervalle entre deux pensées, les moments de surprise, d'émotion intense ou le premier instant de n'importe quelle expérience. C'est donc une voie de l'expérience.
Mais même dans cette voie, la compréhension reste la clef. Car Utpaladeva dit, avant le passage ci-dessus, que cette familiarisation avec les moments sans activité mentale est libératrice "quand on a conscience que 'Je suis toute chose', compréhension libre de l'activité mentale, affranchie des dilemmes". 
Autrement  dit, il y a bien une voie de l'expérience, mais elle libère si et seulement elle est éclairée par une compréhension.

Abhinavagupta, dans sa Lumière des tantras, a donc raison de dire que, dans toutes les voies, la connaissance est la clé.

La Shvetâshvatara Upanishad, ancêtre du tantra non-duel :





Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...