vendredi 16 octobre 2015

Abyme de lumière

Afficher l'image d'origine

Un poème de Claude Hopil, vers 1630 (?) :

Acte très simple et pur, essence très abstraite
Sublimité cachée et plus que très secrète,
Solitaire hauteur,
Abyme de lumière, ô Dieu je vous adore,
Confus je vous admire, ô mon doux Créateur,
Dès le point de l'aurore.

Seigneur, je veux avoir de vous la connaissance
Par l'oeil mystérieux de la simple ignorance
Qui voit qu'il ne voit pas.
Dans cet être abyssal, penser voir quelque chose,
C'est dire qu'on peut voir, dans un épais brouillard,
Des lumières la cause.

Je cherche à tâtons
Je suis seul sans mon Roi, ne pouvant seulement
Sans sa grâce exister un seul petit moment,
Mais j'espère de voir un jour mon salutaire.
Je me pâme de joie, et je me meurs d'amour
Croyant qu'il n'est pas seul au séjour solitaire
De sa divine cour.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...